On vous raconte : l’exposition le MUR et Tenacious D au Zénith de Paris

Ce 26 février est une soirée particulière à Porte de Pantin. Le Zénith de Paris inaugure l’exposition street-art Le MUR et accueille Tenacious D, le groupe loufoque mené par un certain Jack Black. 


Le Zénith de Paris et l’art, c’est une relation en pleine lune de miel. Après avoir laissé carte blanche à des artistes comme Mathias Malzieu ou Vincent Delerm, la salle mythique parisienne et son directeur Daniel Colling ont souhaité mettre à l’honneur le street-art à l’occasion de la sortie du troisième livre de l’association Le M.U.R engagée dans la promotion de l’art urbain. Toutes les deux semaines, un artiste urbain laisse place à son art sur un mur du 11e arrondissement rue Oberkampf (au 107, pour les plus curieux). Ces oeuvres éphémères sont regroupées dans ce troisième ouvrage qui couvre la période 2016-2018. Pour mettre la lumière sur ces performances, le Zénith de Paris a sélectionné 25 oeuvres pour les exposer dans ses cursives. Auparavant uniquement accessible au public munis d’un billet de concert, cette exposition s’ouvre maintenant à tous durant deux journées : le 12 et le 22 mars. Après une visite de l’expo, place au concert et bonne nouvelle : Tenacious D est aux commandes. 

Absurde du début à la fin
21heures sonne, la fosse est pleine comme les gradins, les cris et les applaudissements fusent : aucun doute Jack Black et Kyle Gass vont bientôt débuter les festivités. Le duo hard-rock offre une première partie de concert entre série d’animations et morceaux satiriques. On retrouve les deux compères dans un monde post-apocalyptique tantôt en conversation avec un robot, tantôt à la Maison Blanche. Chaque chanson est liée à une autre et conte une épopée semée de rencontres et d’embûches et de situations loufoques. Tenacious D ne se limite pas au metal, mais explore différents genres musicaux tout au long du set. Entre chaque titre, le duo diffuse chaque épisode de leur série tout en faisant les dialogues en direct.  Ensuite, place aux tubes, car n’oublions pas Tenacious D is the « greatest rock band in the world ». On retrouve un Jack Black survolté aux mimiques inimitables sur un fond de rock à la fois réjouissant et entraînant. C’est absurde du début à la fin, mais si bon.
Mention spéciale public qui a préféré le briquet à la torche de son Iphone. 

Commentaires