Greyson Chance : les “portraits” d’un artiste en devenir

En 2012, grâce au soutien de l’animatrice américaine Elle DeGeneres, le jeune Greyson Chance devient une Youtube sensation avec sa reprise au piano  de “Paparazzi” de Lady Gaga. Presque 8 ans plus tard, quelques millions de vues et un succès relatif, l’heure est à la maturité. Décryptage de Portraits, son dernier album.



Qui es-tu, Greyson ?




Greyson Chance a douze ans lorsqu’il se produit à un spectacle d’école avec sa reprise de “Paparazzi”. Une performance diffusée sur Youtube qui lui permettra d’être invité sur le plateau de Ellen DeGeneres, mais surtout d’échanger quelques mots, par téléphone, avec Lady Gaga herself. Signé par la même occasion dans un label créé spécialement pour lui par l’animatrice, il sort un premier album de ballades pop ; rien de bien marquant musicalement. Après plusieurs autres tentatives musicales, le jeune homme décide d’arrêter sa carrière et de s’inscrire à l’université.

C’est en 2017 qu’il sort de son silence médiatique ; il fait son coming out sur les réseaux sociaux et en profite pour annoncer qu’il reprend les chemins des studios. C’est en avril 2019 qu’il sort “portraits”, son deuxième album.

“Portraits” bruts.
 

Avant même d’écouter le premier titre, on note l’audace de la cover de “Portraits” : les cheveux en arrière, la mine boudeuse et très cernée, c’est un jeune homme sans artifice qui nous est présenté qui laisse imaginer une teinte sonore particulière.

L’ensemble de l’album sera donc pop folk, sans que le jeune ne joue la carte de la simplicité. La voix grave, au vibrato très prononcé, mais aux aigus très précis, donne une profondeur naturelle à tous les titres  de l’opus.

L’album s’ouvre sur Shut up, également, le premier single de cet opus. Une balade folk très épurée sous forme de déclaration d’amour complexe ; il y dépeint le portrait d’un jeune homme peu confiant de l’image qu’il renvoie lorsqu’il est amoureux. Les titres Yours et Lakeshore s’appuient par exemple sur la voix de tête de Greyson pour donner un côté planant - et nous donner envie de fermer les yeux. On est évidemment adeptes de West Texas et Black on black ; deux titres très pop complètement taillés pour les radios américaines.

Deux des douze titres de l’album sont de courts enregistrements ; l’occasion d’installer le concept de “portraits” un peu plus lorsque Greyson parle de son enfance (pains) ou s’interroge sur le meilleur club de strip-tease de L.A. (lights).

Certains y trouveront un univers similaire à Shawn Mendes, Zayn Malik ou même Ed Sheeran, mais l’artiste n’est jamais dans la copie et semble vouloir jouer la sincérité un peu plus que les autres.

Avec cet album, Greyson Chance nous convainc.
Et on espère que vous aussi.

“Portraits” de Greyson Chance
Disponible ici   

Commentaires