La « nouvelle scène » de Virgin Radio à l'Elysée Montmartre


Ce mardi 23 avril, Virgin Radio a réuni six artistes issus de « la nouvelle scène » à l’Élysée Montmartre dans le 18e arrondissement parisien. La nouvelle scène selon cette radio nationale ? Des artistes francophones ayant sorti un premier album (environ) un an auparavant. Dans le lot, on y retrouve Angèle et son album Brol, Eddy de Pretto et le poétique Cure, Clara Luciani et sa douce thérapie Sainte Victoire, Hoshi venue accompagnée d’Il Suffit d’y croire, le duo excentrique The Pirouettes et sa Metropolis et enfin le jeune Tim Dup avec Mélancolie Heureuse. 


Comme à la radio 

Notoriété oblige, le line-up démarre avec Tim Dup. Des premiers pas peu convaincants sur la scène de l’Élysée Montmartre pour l'amoureux de la chanson française, mais difficile de nier que ses morceaux sont habités par l’ambiance à la fois électro et urbaine qui n’est pas sans rappeler l’univers d’un Flavien Berger. Ensuite, le duo The Pirouettes enchaine après l’intervention de l’animateur labellisé Virgin Radio : Victor - qui s’occupe de la tranche 21h - minuit la semaine sur la fréquence 103.5 (à Paris). Le garçon et la fille d’Annecy ont fait le boulot : de l’énergie, des paillettes autant dans les paroles que dans les gestes et un public très réceptif. Le passage se conclut avec leur tube « L’escalier » repris en choeur par une foule enjouée. Troisième artiste ? Hoshi. La femme au chignon commence avec son titre « Comment je vais faire » assez moqué à droite de la scène. On ne va pas se mentir, Hoshi rappelle une certaine Zaz donc la mayonnaise ne prend pas dans nos coeurs, mais il faut reconnaître que la jeune versaillaise est touchante. 

Clara et Patrick, it’s not a match ! 

Nouvel interlude de Victor : questions futiles, tentatives pour faire vibrer la foule et les premiers cris pour Clara Luciani se font entendre. Nonchalance, élégance et beauté : voici les trois mots qui définissent son entrée sur scène. La chanteuse remet le petit gilet noir au gout du jour. Le passage sera éclair, oui car le temps passe vite en si bonne compagnie. On retiendra notamment sa reprise en français de « Blue Jean » de Lana Del Rey. 
Mais surprise, elle annonce un cinquième titre en laissant planer le doute sur un invité impromptu. Dès les premières notes de « Place des grands hommes », la foule parisienne comprend de qui il s’agit. Un regard vers le balcon, les « Patriiiick » des moins de 30 ans et voilà nous réalisons ce qu’il se passe : Patrick Bruel est présent. Après avoir traversé la salle, il monte sur une scène pratiquement vide - oui, Clara Luciani semble s’être échappée en coulisses. Un morceau, d’accord, un deuxième, pourquoi pas, mais au début du troisième, ce n’est plus tenable : nous quittons l’Élysée Montmartre. 

Désolé Eddy de Pretto et Angèle, on se verra une prochaine fois et sans Patrick cette fois s’il vous plaît. 

Commentaires