La Seine Musicale s’enflamme pour le Chorus Festival

Quel bonheur pour l’équipe de CBB de démarrer la saison des festivals dès le mois d’avril. Organisé par le département des Hauts-de-Seine, la 30e édition du “Festival Chorus” prenait place du 3 au 8 avril du côté de La Seine Musicale. Monsieur-Robs a profité du beau temps du samedi pour y passer une tête.

Par Monsieur Robs





Le temps est beau. Le ciel est bleu. Et il faut traverser Paris pour se rendre à Boulogne du côté de la Seine Musicale. 


A peine le temps d’arriver que nous nous empressions d’aller voir HER. Ce duo breton, formé par Victor Solf & Simon Carpentier et que nous avions découvert (et adoré) en 2015 - a vu disparaître l’un de ses membres, Simon, des suites d’un cancer. Le retour sur scène à Rock en Seine en août dernier avait suscité chez nous (et chez tous) une vive émotion. Et cette émotion perdure lorsque nous arrivons pour découvrir Victor, accompagné par 4 musiciens, présenter son live. Le chanteur y présente les titres d’un album qu’il a écrit et réalisé avec son binôme il y a plusieurs mois. Sa voix unique, aux allures gospel, transcende la salle et nous berce au rythme unique de cette pop instrumentale. Les poils se dressent du côté du public et les larmes montent du côté du chanteur qui lève régulièrement la main au ciel. On ne peut pas rêver mieux pour ouvrir ce festival. 


Nous décidons de profiter de quelques minutes pour découvrir La Seine Musicale et les différents lieux du festival. Du côté de la terrasse, on découvrir une silent party sympathique ou deux DJ mixent simultanément et chacun, avec son casque, peut s’enjailler sur le son qu’il souhaite. Le silence est donc brisé par quelques chanteurs improvisés et quelques rires. Du côté du bar, on note que c’est efficace, à l’instar de Rock en Seine ou Pitchfork, le paiement se fait via mobile grâce à Lyfpay, c’est pratique & rapide, on aime.


C’est au tour de Hyphen Hyphen d’enflammer le festival. L’énergie du groupe est intact & les effets de lumières sont à tomber, mais après avoir vu le groupe jouer dans près d’une dizaine de festivals ces deux dernières années, le goût de déjà-vu nous tombe rapidement dessus et nous décidons de partir découvrir CHATON. Là, c’est plutôt le goût de l’incompréhension qui nous habite. Le jeune homme au brushing nuageux (mais swag!) délivre des poèmes auto-tunés sur des rythmes pop lancinants, nous laissons rapidement le public de fanatiques en profiter sans nous. 



Arrive alors Clément Bazin, notre révélation de la soirée. Multi-instrumentiste, l’artiste délivre des mélodies aussi lancinantes que joyeuses qui sont faites pour une chose - nous faire danser. Il s’appuie notamment sur un instrument : le steeldrum (mais si vous, savez, ce grand wok en métal qu’on peut entendre dans La petite Sirène …) qui lui donne ce son unique mêlant la house, le Hip-Hop et cette sonorité exotique parfaite. Une heure de set ou l’improvisation semble de mise et où nous devenons addict. 


Le festival se remplit peu à peu, ce qui nous fera manquer tour à tour Ayo & Faada Freddy, tous deux bookés dans l’auditorium (le globe de La Seine Musicale) dont les places sont plus que limitées. Nous passerons alors nous enflammer sur Panda Dub, pour la troisième fois en un an, et avec toujours autant de plaisir. Même les enfants, très nombreux au Chorus, semblent apprécier le son plutôt violent de l’artiste - l’effet panda !




Nous terminerons en extérieur avec Nasser. Le trio nous fait découvrir un rock léché et électronique plutôt efficace, qui nous rappelle ponctuellement Depeche Mode. Pourtant moins fan des versions studios, la version live appelle à la danse et c’est tant mieux. Nous quittons le Chorus alors que Vitalic débute son set pour enflammer cette fin de soirée. Une première pour l’équipe CBB, mais surement pas une dernière !

Commentaires

Articles les plus consultés