[ITW] KillAson : "Je ne me sens clairement pas prêt pour sortir un album"


Credit Photo : Guillaume Robert 
A l'occasion de la sortie de l'EP STW2, nous sommes partis à la rencontre de KILLASON, jeune rappeur et beatmaker en pleine ascension pour parler musique, mode, danse et inspirations.

Salut Killason ! Pour que nos lecteurs comprennent un peu mieux qui tu es, qui se cache derrière le projet Killason –  est-ce que tu peux te présenter ?

Salut Guillaume ! Carrément !
Moi, c’est Marcus a.k.a Killason. Je suis auteur, compositeur, interprète. Je suis également danseur et enfin – graphiste, puisque je fais certains de mes visuels.
Je suis président de la société Supernova, un label, éditeur de spectacles et producteur de vidéos et de spectacles. Dans cette société, y’a également Julie, directrice générale, manageuse… et qui est aussi ma maman ! Y’a Yvan, également directeur général, CTO, mais aussi mon mentor dans ma musique et… mon beau-père ! Enfin, y’a Charlotte Corre qui s’occupe du juridique et qui m’aide sur mes réseaux sociaux. Ça c’est le noyau dur !

Une affaire familiale en soi ! Cette semaine est sortie « STW2 ». Tu nous en parles un peu plus ?

STW, c’est un diptyque. J’ai sorti la première partie en 2017, il fallait que je termine le projet aujourd’hui avec STW2. Il y a une thématique commune aux deux : Strange the World. Des morceaux très aériens musicalement et surtout plus personnels dans les textes. Mes grands-parents sont très présents dans l’histoire que les deux EP racontent. Ma grand-mère sur tout STW1, et mon grand-père sur SWT2. Le son "Free", qui lance l’EP, est un bon exemple puisqu’il parle de lui majoritairement.
On le comprend notamment à travers les covers des deux albums – mais la première partie est plus dark, la seconde plus colorée, « plus rose » 
Et on sort également le vinyle qui regroupe les deux EP prochainement !

Pourquoi un EP plutôt qu’un album ?
Écoute, je ne me sens clairement pas assez prêt pour sortir un album. Pour être honnête, je pense même d’abord sortir un nouveau format “court”, comme une mixtape par exemple, avant de m’attaquer à l’album.

Et comment ça se passe la création d’un titre ? 
Généralement, pour un titre, tout part de moi. J’ai une idée générale de l’ambiance. J’échange ensuite avec Yvan - on discute, savoir si on doit lui donner telle ou telle texture, si on doit mixer comme ça ou comme ça. Lui s’occupe du sound design, parfois il fait venir des musiciens.
Le final cut, ça reste moi, évidemment !

Et pour un clip ? 
Pour les clips, ça dépend… J’ai la chance de travailler avec des réalisateurs qui ont de très bonnes idées ; mais j’ai aussi mes propres idées sur pas mal de visuels. Je m’occupe de tout le stylisme, sur tous les clips. Et moi comme l’équipe, nous avons un regard très très important sur la postproduction, notamment le montage, on est vraiment à cheval sur le rendu final !

Credit Photo : Monsieur-Robs



CBB a eu la chance de te voir pas mal de fois en concert, notamment à Rock en Seine ou MaMA Festival… Est-ce qu’il y a une scène sur les quelques mois passés qui t’as particulièrement marqué ? 
Clairement, Solidays ! Je performais dans le petit chapiteau, mais c’était complètement blindé et dingue… J’ai rarement vu une telle énergie ! Très beau moment, les gens faisaient tellement de bruit que j’entendais même plus ma propre musique. Et pourtant on jouait fort !

Et en 2018, où va-t-on pouvoir te voir ?
En 2018, la France sera plutôt en « stand-by » ; J’ai quelques dates de prévues, notamment le 10 mars au CNB et quelques festivals… Mais ce sera surtout à l’étranger cette année ; on prévoit une petite tournée en Europe de l’Est, en Allemagne…

Les US, un objectif, j’imagine ?
C’est évidemment un objectif, mais pas pour tout de suite ! On veut d’abord bien prendre la température en Europe. Et une fois que le projet aura bien pris, j’espère qu’on pourra y prétendre.

Artistiquement, ton modjo, c’est un peu « MUSIQUE, MODE & DANSE ». De quoi tu t’inspires pour créer cet univers ?
Cette relation Musique / Mode & Danse, c’est quelque chose qui est déjà très courant dans le Hip-Hop. C’est très lié à mon expérience ; J’aime la mode, la musique, j’aime la danse – ça me semble évident de vouloir conjuguer tout ce que j’aime. Je fais de la danse depuis que j’ai 12 ans, faire des vidéos de danse sur mes propres sons, intégrer des chorés à mes shows, travailler mes clips au mieux, imaginer un côté plus cinématographique. J’aimerais avoir une patte encore plus « ciné » dans mes prochains clips.
La mode, ça fait un peu moins longtemps que je m’y intéresse autant, mais le monde de la mode m’a toujours plu. C’est surtout ma mère qui m’a donné cette envie, ce kiffe là.

Sur scène, tu danses beaucoup. Comment travailles-tu la danse ?
La danse que je fais en battle et celle sur scène sont très différentes. Sur scène, je dois chanter, c’est que de l’improvisation, de l’énergie que j’ai à dépenser. Je suis en freestyle total !

A part quelques rimes en franglais, tu chantes uniquement en anglais. Est-ce que malgré tout, y’a des artistes francophones avec qui tu veux collaborer ?
C’est même du « angçais » en fait (rires). Eh oui, il y a des dizaines d’artistes avec qui j’aimerais bosser ; Christine & the Queens, Jain, Roméo Elvis, Stromaen Damso, Général Elektrics, Justice, Daft Punk, Fishbach… Mais pour le moment, je travaille à m’installer, à affiner mon projet, pour les feat., on verra plus tard !

Et pour finir, je te propose un truc. Je te donne le nom d’un artiste, tu me dis en deux trois mots ce que ça t’inspire ?
Kanye West ? Très belle référence musicale et mode.
Beyonce ? Musique à fond, danse à fond, manque un peu de mode, mais très grande artiste !
Rihanna ? Très bonne businesswoman ! Au même titre que Kanye, aujourd’hui !
Lady Gaga ? L’aspect cinématographique de ses clips, de ses visuels, j’aime beaucoup ! 
Justin Timberlake ? Musique de fou, danse de fou, et il fait même du cinéma. Il cumule les talents, Justin ! 

Merci, Marcus ! Un dernier mot ?
N’oubliez pas que l’EP est sorti le 26 janvier ! 
On sort un nouveau clip pour “FREE” très prochainement, mais aussi plusieurs dance videos sur les sons de l’EP.


Et si on se l'écoutait STW2 ?


Commentaires

Articles les plus consultés