Les 15 ans de Rock en Seine ? Mémorables !

Pour clôturer l’été en beauté, il était inévitable de se rendre à l’hippodrome de Saint-Cloud pour vivre la 15e édition de Rock en Seine. Pour célébrer cet anniversaire, revenons sur les meilleurs moments de ce cru 2017.

Crédit Photo : Monsieur-Robs 

JOUR 1.
Les nuages menaçants planent sur Saint-Cloud lorsque nous arrivons à l'hippodrome. Après à peine quelques minutes d’attente, nous entrons dans l’enceinte du festival, qui pour le coup, n’a pas bougé d’un iota par rapport aux années précédentes.

Nous opérons un passage chez nos copains de @LyfPay, l’application de paiement partenaire du festival pour découvrir son fonctionnement. Simple, rapide et efficace, c’est ce que nous retiendrons de l’application sur ces trois jours de festival.

Notre journée musicale débutera avec FKJ. La scène Industrie va être rapidement envoûtée par l’élégant multi-instrumentiste qui délivre une performance unique. Seul en scène, il alterne basse, piano et s’accompagne aujourd’hui de sa voix soul pour un live à la frontière entre le jazz et le smooth électro.

Après un passage du côté du bar ou l’attente est minime puis du côté des trucks de restauration ou là, l’attente reste supportable, nous revenons à la scène Industrie pour découvrir les envolées disco-pop de Hercules & Love Affair. Le groupe, qui oscille entre le ringard et le super-cool, va nous faire danser, ainsi qu’une bonne partie du public, tout au long de la performance, comme dans une soirée 80’s.

Crédit Photo : Monsieur-Robs 

Arrive alors le moment marquant de cette première journée, qui ne tient qu’en deux lettres : MØ. Rendue célèbre par le titre “Lean On” partagé avec Major Lazer, la jeune danoise, très attendue du côté de la scène Cascade, va étonner. Pendant près d’une heure, elle va autant transpirer que faire transpirer le public avec ses titres tant dansants que planants. Une belle énergie ! Nous terminerons la soirée à danser avec Flume. Le beatmaker ne prendra cependant pas trop de risques en reprenant le set, à la note près, qu’il avait présenté au Zénith en novembre dernier. Cela n’empêchera personne de danser jusqu’à la fin de cette première journée.

Crédit Photo : Monsieur-Robs 

JOUR 2.
Le soleil se pointe et le look combi est en place pour débuter cette deuxième journée avec Peter Peter. Le jeune québécois emmène le public dans son univers pop électro-mélancolique. La performance se veut timide mais adorable aux yeux du public qui arrive doucement.

Crédit Photo : Monsieur-Robs 

L’inverse arrive avec Jain à la scène Cascade qui achève ce soir-là deux ans de tournées. Un live plein d’émotions, certes, mais surtout plein d’énergie. Seule en scène puis accompagnée par sa bande de musicien, la jeune demoiselle sait y faire pour faire danser le public.

L’ambiance change radicalement lorsque nous nous dirigeons pour voir Her. En effet, le groupe annonçait à peine quelques jours plus tôt, la disparition soudaine de Simon Carpentier, l’une des moitiés du duo, des suites d’un cancer. L’émotion est donc palpable au dessus de la scène du Bosquet pour le premier concert en solo de Victor Solf, accompagné par ses musiciens. Un live unique ou l’artiste livre ses émotions à travers les chansons soul-pop et quelques récits racontant, avec amour et humilité, le talentueux Victor. Un moment qui restera gravé dans les mémoires du festival et de ses festivaliers.

L’électrisant duo The Kills monte alors sur scène pour un set résolument rock. La voix (et le physique) magnétique de Alison Mosshart, associée aux envolées de guitares de Jamie Hince ne font qu’un avec le public composé de nombreux de fans. L’énergie est folle, le set se veut planant et d’une efficacité surprenante. Mémorable !

Crédit Photo : Monsieur-Robs 


Et décidément, de Fakear à Flume, il n’y a qu’un pas. Comme son compère, le jeune artiste enchaîne les titres dans un set attendu et calqué sur ces précédents. L’énergie du public est toujours présente, heureusement, pour clôturer le jour 2.

JOUR 3.
Alors que nous arborons nos plus beaux kilts, c’est déjà le dernier jour qui commence. On prend une chambre avec Roméo Elvis x Le Motel du côté du Bosquet. Le belge délivre un rap incisif, décalé et drôle, parfaitement mis en beats par Le Motel. Les pogos s'enchaînent dans le public composé majoritairement de fans. L’ambiance est bonne et le son efficace.

L’ambiance s’adoucit avec le jeune George Ezra et sa pop-folk entraînante. La gueule d’ange enchaîne les balades aux refrains captivants. Le désormais célèbre “Budapest” fera ding dans les oreilles du public n’ayant pas encore reconnu l’artiste et achèvera le live en beauté. A peine le temps de manger un bo-bun que c’est au tour de Rone de grimper sur scène pour une représentation unique en France cette année. Le producteur et multi-instrumentiste va livrer un show explosif : les titres s’enchaînent et prennent en puissance petit à petit pour faire vibrer le public comme jamais. Quel bonheur !

Plus calme mais aussi plus attendu, le set du duo de The XX apaise le public de sa pop mélodique et mélancolique. Le duo enchaîne les titres de son dernier album avec grâce et les voix graves et suaves ne peuvent que régaler le public. Dommage que le set soit calqué sur celui vu au Zénith quelques mois plus tôt.

Le festival se termine avec Panda Dub. Une grande partie du public aura déjà quitté le festival quand le DJ lance son set du côté du Bosquet. Peut-être est-ce lié à la mélancolie de fin de festival, mais l’énergie des quelques rescapés, dont nous ferons partie, est sur-réaliste. La dub électrique et monumentale mettra en extase l’ensemble de la foule jusqu’à ce que mort (des jambes) s’en suivent.

-----

Le + : Le festival qui clôture l’été est toujours aussi efficace, le lieu toujours aussi agréable et les bières toujours aussi rapides à récupérer (poke We Love Green !)

Le - : La programmation semble calquée sur celle des années précédentes et il devient de plus en plus compliqué d’y découvrir des pépites.

Monsieur-Robs

Retrouvez nos trois jours de festival sur les comptes Instagram de @Monsieur_Robs et @Cassebonbonblog



Commentaires

Articles les plus consultés