Aliocha, entre Paris et Montréal

En juin, Aliocha dévoile "Eleven songs by Aliochia" , un premier opus emprunt de sincérité. Focus sur l'artiste Franco-canadien. 

Page Facebook 
Le jeune homme n'est pas un inconnu des écrans. Après un début de carrière dans la comédie à l'âge de 10 ans, le plus jeune de la fratrie Schneider rencontre Jean Leloup qui le prend sous son aile en 2012. Intimidé mais heureux, Aliocha connaît ses premiers enregistrements aux côtés de l'un de ses artistes favoris.

Une sincérité sans limite 

"Eleven Songs by Aliocha" offre une ambiance vintage à l'aide de titres "sans filtre enregistrés en une seule prise". "Sorry Eyes" propose un instant qui n'est pas sans rappeler l'atmosphère de Balthazar. Son histoire se traduit par des textes touchants comme ceux de "As Good As You"" et "Milky Way" où il lève le voile sur les lettres écrites à son frère décédé, l'acteur Vadim Schneider. Il s'adresse à travers "Jamie" à l'un de ses proches qui connaît la dépression. La sincérité est au coeur de cet opus où il fait appel à son expérience.




L' invitation au voyage 

Enregistré en Suède avec Samy Osta (La Femme, Feu Chatterton!), l'album est une réelle réussite où l'auditeur voyage dans le temps d'Aliocha et ses 23 printemps. Ses influences, de Bob Dylan à Cat Stevens, se ressentent au fur et à mesure de l'écoute. Après son concert à Fnac Live, sa tournée ne fait que débuter en compagnie de son frère Volodia qui l'accompagne à la batterie.

Alice L. 


Commentaires

Articles les plus consultés