[FESTIVAL] REPORT : Ardèche Aluna Festival - DAY 1

Trois jours de festivités sous le soleil ardéchois pour cette dixième édition de l’Ardèche Aluna Festival. Cette année encore, la programmation variée ravit chacun des festivaliers venus à Ruoms. Soleil, musique et bonne humeur au programme. 

Crédit Photo : Mathieu Cugnot 

Les quelques gouttes de l’après-midi n’auront pas empêché les festivaliers se rendre sur le site de l’Ardèche Aluna Festival à Ruoms. 19h, le directeur du festival Jean Boucher arrive sur la scène Étoile, et là l’annonce est faite : LP ne pourra pas faire son concert ce soir. La raison évoquée est une correspondance manquée à Montréal. Pour assurer le show, Matmatah, Julien Doré et Iggy Pop rallongeront leur set pour palier l’absence de l’américaine. 

Allez, viens faire un tour à Ruoms 

Le retour remarqué des Bretons était très attendu. Avec A Plates Coutures et l’arrivée de Manu Baroux à la guitare, Matmatah s’offre un nouveau souffle. Dans une ambiance festive, les Brestois ont assuré le show du début à la fin. Alternant, leurs derniers titres et leurs classiques comme « Emma » ou « Lambé an Dro », le public ne touche plus terre. 

Julien Doré illumine l’Ardèche

Un instant suspendu dans les nuages. Julien Doré a assuré un set d’une heure et demi sous les étoiles. Ses titres phares s’enchaînent, « Le Lac », « Coco Câline » ou encore « Les Limites ».  Le jeune homme transpire de générosité, il n’hésite pas à aller au coeur de la foule. Ukulélé en main, pour « Winnipeg », le public répond présent. Le partage est le maître mot de ce concert, Julien Doré son énergie en devient presque contagieuse. Entre chaque titre, il s’adresse avec bienveillance au public à coup de confessions et de remerciements. Le set se termine sur une série de chansons au piano où l’émotion déborde de la scène pour atteindre les sommets. En live, Julien Doré ne fait que reconfirmer son potentiel artistique sans « limite ».

Crédit Photo : Mathieu Cugnot 


Iggy Pop, la renaissance 

Les premières notes de « I Wanna Be Your Dog »  retentissent dans l’agora ruomsoise. Une machine à remonter le temps. Le public est transporté dans une ambiance qui rappelle les concerts endiablés de la grande époque. Un concert attendu mais si surprenant. Iggy n’a pas perdu de sa superbe, toujours torse nu, l’Iguane a tout donné. Un grand Monsieur Pop. « The Passenger », « Lust For Life » entraîne l’assistance qui se laisser aller à quelques pas de dance.


Commentaires

Articles les plus consultés