[REPORT] Matmatah @L'Olympia

C’était l’évènement tant attendu, Matmatah, le groupe rock breton se reforme et se produit à l’Olympia le 2 mars 2017. Les places prisées partent en quelques heures, et l’attente est à son comble. 



Crédit Photo : Noctambule


Avec une première partie assurée par le groupe « Grand Palladium », avenants et ravis de l’opportunité malgré l’agitation du public : « on sait qui vous attendez ! » dit Vincent Dauvergne en riant. Car le public surexcité ne cesse d’hurler « Matmatah !». 
C’est finalement après un entracte d’une vingtaine de minutes que le groupe surgit sur scène. Tristan Nihouarn le fondateur du groupe et Eric Digaire le bassiste sont accompagnés d’Emmanuel Baroux à la guitare, Julien Carton au synthé et Benoît Fournier à la batterie. C’est après de multiples ovations que le groupe se décide à entonner des chansons de leur nouvel album, notamment à « Marée haute » largement reprise par le public. Les spectateurs dansent, crient et exultent sous le regard amusé du chanteur qui les incite même à « pogoter » créant une agitation sans pareil dans la fosse. Tristan s’étonne même de voir d’aussi jeunes minois dans le public « mais dis donc vous avez rajeuni ? » s’exclame t’il en riant. 

Crédit Photo : Noctambule 


« Ici c’est Brest ! »

Mais la foule en délire atteint le paroxysme de sa joie quand Matmatah entonne un de leur titre mythique « Emma », la voix du public venant presque couvrir celle du chanteur. Oscillant entre des titres de leur nouvel album (« on sait pas si vous les connaissez » précise Tristan, lucide) et des chansons qui ont fait leur carrière telles que « Au conditionnel » ou « la Cerise » ponctués par des « ici c’est Brest !» de spectateurs agitant des Gwenadu, le succès de Matmatah est au rendez-vous. Et c’est dans un ravissement unanime que le public reprend avec Tristan la première chanson du groupe « Lambé Andro » dans un chambardement digne d’un festival. 

 L’Apologie au détriment des Moutons 

Ce qui mis en joie plus d’un, c’est quand le groupe se décida à jouer la chanson « l’Apologie » qui leur a valu il y a plusieurs années un procès pour incitation à la consommation de stupéfiants. Entre flûte, harmonica, synthé, batterie, guitares et basse, le folklore breton se concilia à merveille avec le rock pour le plus grand plaisir d’un public aguerri. La seule déception fut la chanson de fin, alors que Matmatah mené par Tristan se décida à interpréter une chanson de leur dernier album, les spectateurs se mirent à scander sans relâche « les moutons » titre de leur chanson phare. Malgré un refus du chanteur de la jouer « que vous êtes dissipés ! », la demande se fit de plus en plus forte sous les hués de bon nombre de personnes, tant et si bien que le public se refusa à partir après la fin du concert, se retrouvant même à interpréter la chanson dans le hall de l’Olympia, reprise en chœur à l’unanimité, sauf par les principaux intéressés !


Noctambule




Commentaires

Articles les plus consultés