[BXL FUNKY] Interview : Marc Decock, Programmateur de l'AB

Rencontre avec Marc Decock, programmateur de la salle de concert bruxelloise AB. 




Qu’est-ce qui vous a donné envie de travailler dans la musique ? 
J’ai toujours travaillé dans la musique, j’ai été tour manager, DJ, j’ai travaillé dans des cafés, j’ai été le tour manager d’Arno à l’époque de « TCMATIC », j’ai travaillé à Radio In. Dès mon enfance à la côte c’était la musique pop. On avait un magasin d’électroménager, il y avait des appareils des « portatifs » à l’époque on disait, des tourne disques. Depuis 20 ans je travaille à l’AB, j’organise des concerts. 

Quel est le premier disque que vous avez acheté ? 
Le premier disque c’était une compil des Beatles, ça tombait bien car à l’époque je travaillais pour EMI, la maison de disque et toute cette mouvance pendant 4 ans alors j’avais le tour en double (rires). 

Et votre premier concert ? 
Le premier live que j’ai vu c’était sur la côte, mon père s’occupait aussi des affaires de la commune. Il y avait un terrain où se produisaient des artistes des pays comme la Hongrie, Roumanie, de l’est de l’Europe. C’était un truc un peu folklore, mon père s’occupait de la sono, c’était très simple avec des haut-parleurs. 

Un artiste vous a marqué plus qu’un autre durant votre jeunesse ? 
J’ai toujours été fan de YES, j’ai toujours aimé ce style un peu compliqué, très pop rock.
J’ai eu ça avec Prince à l’époque, avant 1999. Et je me suis dit « Whoua, celui-là c’est autre chose » même s’il sort des albums qui sont maintenant moins bien reçus. Et mon copain Arno, qui était là ce samedi. C’est toujours énergique, toujours touchant, c’est quelqu’un que j’adore musicalement comme personnellement. 



Quelle est votre première expérience liée à la musique ? 
C’était vraiment la radio, il y’en avait beaucoup chez nous. J’enregistrais aussi, j’essayais d’enregistrer sans que le DJ parle. Dès mon enfance, j’avais ce petit portatif dans un emballage en cuir, que je n’ai plus malheureusement. A la côte, il y’ avait plus de radio qu’ici à Bruxelles. il y avait tous les pirates comme Radio London, Radio Véronica….Je n’écoutais pas RTL mais surtout ces pirates qui étaient basés sur les bateaux. Une autre radio qui était très importante à l’époque c’était « American Force Network », une source de musique qu’on entendait nullepart ailleurs car c’était pour les militaires américains basés ici. C’était vraiment rock et très excitant. 

Avez-vous déjà collaboré avec d’autres salles à Bruxelles ? 
L’AB c’est déjà très rempli mais on travaille avec toutle monde. On fait partie du Jazz Marathon, on a travaillé pendant dix ans avec Botanique. On a travaillé avec Bozar, Flagey. Soit par volonté, car on ne veut pas être isolés ou soit par nécessité car la date n’est pas libre chez nous. C’est arrivé notamment avec Liz Wright lors du festival Voix des Femmes alors on a bougé vers Flagey.

En tant que programmateur d’une salle telle que l’AB, vous devez recevoir de nombreuses sollicitations. Comment effectuez-vous votre choix ? 
Assez vite. Ça dépend aussi de qui le signale, si on a des fournisseurs à qui on fait confiance. S’il a été proposé à Londres ou Paris par la même personne, s’il y a du sérieux ça peut aller très vite. On écoute toujours, lorsque j’assiste aux concours j’ai deux piles : la première « ça je vais réécouter », la seconde « plus jamais ». Au début ça va vite, mais il y a beaucoup de demande pas seulement de la Belgique mais de partout. Le plus ridicule que j’ai vu c’était Youssou N’dour proposé par la Pologne, je l’ai fait avec des Bruxellois ou des Parisiens où il y avait un lien sénégalais mais je ne vais pas acheter Youssou N’dour par la Pologne. Une fois le lundi matin, nous avons compté avec l’équipe le nombre de demande par mail c’était 250 voir 300 propositions par semaine. 

En quelques mots, quelle est votre journée type ? 
Cela varie chaque jour, j’ai ma vie personnelle. Je bosse de temps en temps de chez moi à Anderlecht. Demain j’ai Xavier Rudd à l’AB, personnellement j’ai démarré avec lui à l’époque dans la petite salle. Cela me touche car c’est un pote assez surf, healty, j’apprécié énormément alors ça fait du bien. Le soir-même, j’essaie d’éviter de m’enfermer avec le tour-manager pour calculer pendant que le concert se déroule. La plupart des concerts que j’organise, j’apprécie. Mais il y a des concerts qui sont plutôt « Boysband » mais il faut le faire, alors on va le faire si le deal est ok alors on y va. C’est ça le métier, il y a ce côté artistique mais de l’autre coté, il faut que ça soit rentable. 


Comment voyez-vous la scène actuelle ? 
Je suis heureux que les gens sortent toujours. Les concerts tu peux apprécier la musique mais j’aime être là vers 19h et voir le public entrer. Il y a le public de Xavier Rudd que j’aime beaucoup, les types et les âges sont  mélangés. La musique rassemble les gens, ils passent un bon moment. Je suis content qu’ils sortent encore malgré ce qu’il s’es passé à Bruxelles, ce n’est pas évident il y'a plus de contrôles à l’entrée mais cela continue, ça remonte heureusement.

Qu'est-ce qui a changé pour l'AB depuis les événements de novembre et mars ? 
On fait un peu plus attention, on a passé des journées avec la police et l'armée devant la porte. Les gens comprennent que cela a été nécessaire. On a aussi constaté que certaines personnes qui ont acheté des tickets mais ne viennent pas. Il y a un pourcentage qui ne vient plus mais cela s'améliore




Quel est le concert que vous attendez le plus ce mois-ci ? 
Un truc que j'aime bien c'est YES qui va passer au mois de mai. C'est un peu spécial comme date car le bassiste qui était incroyable, est décédé. Nous avions signé le contrat avant que cela arrive, alors ils ont trouvé un remplaçant. Je suis assez curieux du résultat.

Un artiste que vous rêveriez de booker ? 
Il y a un type en Angleterre c'est Robert Wyatt qui était dans Soft Machine à l'époque. il a une voix spéciale, mais il ne veut pas jouer en live. Il ne veut pas se déplacer. Il n'aime pas trop le live, il bosse dans son studio.

Propos recueillis par Alice Cusack 


Retrouvez ici l'agenda complet de l'AB





Commentaires

Articles les plus consultés