[INTERVIEW] Fuzeta à l'Ardèche Aluna Festival

A l'occasion de l'Ardèche Aluna Festival, CBB est allé à la rencontre des gagnants du Ricard S.A Live Music, Fuzeta 


Salut les gars ! Est-ce vous pouvez vous présenter pour nos lecteurs ?

Dorian : Salut ! Et bien Fuzeta, c’est un groupe qui a été créé il y a un peu plus d’un an et demi. Le groupe est composé de trois frères (Charles, Pierre et Dorian, ndlr) et de notre ami d’enfance (Jeremy, ndlr). Et en gros, ça raconte notre enfance, comment on a grandi. Les bons et les mauvais souvenirs. Musicalement, c’est de la pop. Il y a des moments intenses avec de la batterie et des refrains puissants avec nos trois voix, un peu comme des voix d’enfants mais aussi des instants minimalistes avec une simple guitare. Y’a pas de clavier donc on est comme qui dirait nus sur scène.

Comment s’est passé votre début de carrière ?

Charles : Dès notre création, on a eu la chance d’être suivis par la MAPL, qui gère la salle « Le Manège » à Lorient (Bretagne) mais qui suit également la production et la tournée d’artistes émergents. Grâce à l’équipe, on a pris des cours de chant, notamment Pierre et moi, car nous n’étions pas au niveau de Dorian (le chanteur principal, ndlr).

Dorian : On a fait notre premier concert en novembre 2014 aux Indisciplinés à Lorient. Le directeur des Transmusicales de Rennes, Jean-Louis Brossart avait prévu de venir nous voir alors qu’on était pas prêts. On a peu « chier dans notre froc » mais ça lui a plu et il nous a programmés pour les Trans 2014.

Charles : Ce qu’on oublie de dire, c’est que pendant plusieurs mois, on s’est interdit de faire du live. Alors qu’on adore ça. L’idée, c’était de préparer l’EP en amont, de préparer un live de qualité afin de créer un effet de surprise. Ça fonctionne, je crois !

On peut parler un peu de vos influences ?

Charles : Globalement, on n’écoute pas vraiment la musique que l’ont fait. On écoute de tout ! Mais on aime beaucoup le rock américain des années 90, beaucoup de scène stoner et de scène grunge. On adore les groupe enregistrés par Steve Albini, la manière dont il prend le son, toujours en live.  Depuis Fuzeta, on a appris à être beaucoup curieux de ce qui se fait aujourd’hui. On nous compare beaucoup à certains groupes, donc, sans même vouloir comparer, on découvre des groupes cools qu’on ne connaissait pas.

Le mois dernier est sorti votre EP, « DIVE ». Vous nous en parler un peu ?

Dorian : La création de « DIVE » s’est faite sur plusieurs périodes mais globalement, on a enregistré à Laval (Mayenne) l’an dernier. On a composé ces six titres de manière très collégiale. Généralement, l’idée par de l’un d’entre nous, on insuffle une première mélodie, qu’on maquette sur ordinateur, ensuite, on retravaille l’ensemble en répétition.




Vous êtes les gagnants du Prix Ricard S.A Music Live. Comment ça s’est passé ?

Charles : Certains de nos amis ont participé à l’édition de l’an dernier. On ne connaissait pas à l’époque et surtout on était loin d’être prêts ! Mais du coup, on a tenté le truc en 2015. On a passé les différentes étapes et quand on s’est retrouvés dans les dix derniers, on n’était vraiment pas les favoris mais on a croisé les doigts et on l’a remporté. Pour un groupe aussi jeune que nous, on sait que c’est assez incroyable.

Dorian : On s’est préparé à en chier, on s’est préparé à ce que ça aille vite. Mais l’accélération que nous offre Ricard Music est complètement insensée. Ricard Music offre une dotation au groupe gagnant qui permet de produire un EP, de faire de nombreuses dates, d’avoir une équipe artistique à ses côtés. C’est donc une chance !

Charles : On a eu de la chance, on en est complétement conscients. Mais après, on a aussi beaucoup travaillé et donc on a quand même le plaisir du travail bien fait et que ça fonctionne, c’est encore mieux !

Vous venez de présenter vos compositions sur la scène de l’ALUNA FESTIVAL. Ça vous a plu ?

Dorian : C’est top ! C’est notre première fois en Ardèche. La route était longue mais on a été hyper bien accueillis. L’équipe est géniale, le temps est parfait. On est passé en début de journée, mais le public était franchement présent et réceptif. Vu la taille du festival, ils auraient pu partir boire un coup ou se balader, mais ils sont restés, ça fait plaisir !

Charles : On a eu le plaisir de parler avec certains d’entre eux en sortant de scène et ils avaient l’air d’apprécier, donc on est hyper contents !

Dorian : Je sais que ceci n’a rien à voir avec l’interview, mais on est habillés exactement pareil. Jean noir, Victoria, T-shirt… Tu peux faire partie de Fuzeta ! 

Qu’est-ce que CBB peut vous souhaiter pour la suite ?

Charles : Nous avons déjà un tourneur et grâce à Ricard, nous faisons de nombreuses dates un peu partout en France. Mais l’objectif principal de Fuzeta aujourd’hui, c’est de trouver un label. A ce jour, on continue nos jobs pour remplir le frigo, mais d’ici septembre, on espère trouve ce label et passer au statut d’intermittents du spectacle. Donc c’est ce qu’il faut nous souhaiter !

Dorian : S’il y a un an, on nous avait dit qu’on gagnerait le prix Ricard et qu’on ferait une interview, un Ricard à la main, à l’ALUNA FESTIVAL en Ardèche, je ne l’aurais pas cru. Donc, on espère que la suite sera aussi belle pour Fuzeta. Ricard nous apporte l’exposition, maintenant à nous de transformer l’essai.


Propos recueillis par Monsieur-Robs

En concert mercredi sur la Place de la République pour le Oui FM Festival

Vous aimerez aussi : 

[REPORT] Ardèche Aluna Festival - Day 1 - Day 2 Day 3
[INTERVIEW] Fauve à l'Ardèche Aluna Festival 

Toutes les photos du festival sont à retrouver sur l'Instagram & le Twitter de CBB

Commentaires

Articles les plus consultés