REPORT : Benjamin Biolay @Aéronef

Benjamin Biolay 
Aéronef à Lille 
11 mai 2013

Comme "Une orgie haut de gamme"


Une salle comble, un décompte se met vite en route, nous entendons les premiers cris du public. Des hommes, des femmes se mettent sur la pointe des pieds avec l'espoir d'apercevoir la silhouette de Benjamin Biolay arriver sur la scène. 

Photo : Métro France 

Le décompte prend fin : les premières notes font leur apparition  dans l'enceinte de la salle, il commence avec "Vengeance" le duo avec Carl Barât accompagné d'un jeu de lumière très blue/blue où Biolay se dandine à travers la brume. Habillé de noir, il salut son public main sur le coeur point vers le ciel à chaque enchaînement. Tout au long de la prestation, le public découvre un nouveau Benjamin Biolay, à l'allure décontractée il interprète ses titres de manière plus confiante et résolument rock : les guitares sont incisives à l'image de son dernier album, une page s'est tournée. Biolay a su se réinventer tout en restant fidèle à ses premiers amours, il  offre un moment d'émotion avec "Ton Héritage" (si beau titre en hommage à sa fille), une redécouverte de "Laisse aboyer les chiens" avant de faire trembler de plaisir l'assistance avec lors de son interprétation de "A l'Origine". Le chanteur ne se laisse pas perturber par les cris d'un membre du public plutôt agité scandant des insultes à chaque transition. 
L'album Trash Yéyé bien présent  avec notamment "Rendez-vous qui sait", "Qu'est-ce que peut faire" du quatrième album, La Superbe n'est pas en reste avec un "15 septembre" méconnaissable grâce aux arrangements. 

Le set se termine sous les applaudissements tumultueux du public, la troupe Biolay ne se fait pas désirer pour un rappel fort sympathique, "Padam"  clos le spectacle en beauté en compagnie de "Cerfs Volants" et "Marlène Déconne".

Merci 


Impatiente de le retrouver sur la scène du Festival Beauregard à Hérouville Saint Clair le 7 juillet puis à l'Olympia le 9 novembre. 

A.Cusack 


Commentaires

Articles les plus consultés