Don't do it #2

Vous avez entre 16 et 18 ans. Les maths vous donnent la nausée, le sport vous donne envie de boire, et lire vous permet de rester vautré dans votre lit sans qu'on puisse vous reprocher quoi que ce soit, votre cerveau travaille. Vous avez choisi art plastique en option, parce que vous pensez être un artiste. Et comme vous êtes un artiste, et que vous croyez encore au génie (c'est beau l'innocence) vous ne croyez pas au travail, vous laissez ça aux autres, ceux qui n'ont pas votre talent.






        Si vous rentrez pile poil dans la description ci-dessus, ou à peu de chose près, vous allez choisir soit fac d'arts appliqués, soit lettres modernes. Dans ce cas, soyez surs que ça ne sera pas une partie de rigolade quand vous comprendrez enfin le sens de la vie (23 ans environ). A ce moment là, vous vous rendrez compte   que vous venez de foutre en l'air cinq ans de votre vie, ou presque. Cinq ans oui, parce que l'artiste prend son temps, il est au dessus des préoccupations pécuniaires, sociétales ou humaines et il a même poussé le vice jusqu'à faire ses études à distance, le temps de trouver l'inspiration...  Ne vous faîtes pas d'illusions : si en seconde  vous n'avez pas écrit un  recueil (cf : prendre exemple sur Rimbaud) ou que vous n'avez pas votre propre univers pictural (cf : Tim Burton), il vous reste deux solutions : reprendre vos esprits et bosser, ou persister et finir chez Mcdo sous antidépresseurs.

        A la fac on ne vous apprend pas à devenir écrivain, ni à rédiger et encore moins à écrire. Idem pour l'art, vous n'y deviendrez pas un artiste. Sur le papier on vous montre quelques débouchés, mensonge ! Si vous ne complétez pas votre licence par une école ou une formation, direct à la case Pole-Emploi. La théorie du complot... On nous cache le gouffre de l'après bac pour les littéraires. Seuls ceux qui s'échappent en commerce et droit ont su percer le secret. Les études supérieures universitaires d'arts ou de lettres ne pourront vous mener qu'à être prof, ou pire, maître(sse) d'école. Vous, l'artiste incompris, rêvant de liberté, de nature et de calme, vous retrouverez à lire Ratus à des morveux, ou a sculpter du papier mâché. Vous n'avez pas cette vocation. Crevées, vos envolées lyriques, et au coin vos grands discours, vous allez craquer sous la pression.

        A partir de 22 ans, vous vous demanderez pourquoi on ne vous avait pas prévenu plus tôt. Pourquoi le conseiller d'orientation d'existe et pourquoi vous. Là, commenceront les questions existentielles, "où ces études veulent-elles me mener ? Qu'est-ce que l'Univers essaye de me montrer ? ". Nulle part. Rien. Non, vous n'êtes pas un artiste maudit, peu ont cette chance. Et enfin, après une longue période de dépression, d'heures passées devant une feuille plus blanche que blanche (transparente ?), de bouteilles descendues pour faire venir l'Inspiration, vous réaliserez que peut-être vous n'êtes pas un artiste. La vie est dure. Certains expérimentent même le double fail, peinture et écriture...

        Mais c'est ici que l'avenir s'ouvre pour vous.

A.D

Commentaires

Articles les plus consultés