Lille : Festival des Inrocks

La 25ème édition du festival des Inrocks Volkswagen s'est invité dans diverses villes de France dont la métropole du Nord : Lille.





Nous nous sommes donné rendez vous à l'Aéronef, ce jeudi 8 novembre pour applaudir les américains d'Electric Guest, The Vaccines, Poliça et le fabuleux duo de Phantogram.


Arrivée prévue aux alentours de 20h,  nous passons par la petite cour des fumeurs pour nous rendre dans l'enceinte de la salle Lilloise. Une ambiance décontractée aidée par deux bars présents pour les festivaliers, les bartenders sont accueillants, souriants et rapides ce qui nous change de la capitale où la troisième guerre mondiale se déroule aux alentours des distributeurs de "mousses".
L'heure est à Phantogram : un set endiablé mis en valeur par un clavier post rock qui électrise la salle, le public se met en marche : l'album Nightlife avait réussi sa promesse en studio mais, nous impressionne davantage en live. Résolument électrique,  le duo  nous emmène dans leur univers où nos pieds ne touchent plus terre. Certains se sentent seuls au monde autour de moi, m'emportant par la même occasion vers de nouvelles contrées, le futur peut être ? Comme le répète Sarah Barthel dans "Make a Fist". Nos têtes bougent à l'unisson, nous ne faisons qu'un avec le groupe se produisant à quelques mètres,  en un mot : planant.
L'excitation se fait sentir parmi les spectateurs, ils n'ont que le nom du groupe suivant à la bouche : Electric Guest.  À peine le temps de s'hydrater la gorge et les premières notes du fabuleux "Mondo" sonne déjà à nos oreilles, nous nous précipitons dans le public pour accéder au plus près du duo américain déchaîné comme jamais. Quelques minutes suffirent à Asa Taccone pour se mettre dans le bain, nous le voyons s'agiter en rythme sur la mélodie produite par ses compères : la couleur et la chaleur ont déjà atterrie dans l'enceinte de l'Aéronef en l'espace d'un morceau. Oublié les feuilles jaunies et le temps triste du mois de novembre, nous sommes de nouveau en été grâce à "Under The Gun" ou "Waves" qui enchantent le groupe autant que le public. Quelques fausses notes se font entendre de la bouche du chanteur mais rien ne peut entacher la performance et  l'énergie produite par le groupe. "Amber" ralentie la marche, mais ne perd pas la bonne humeur régnant sur scène où la complicité entre les deux meneurs resta bien présente tout au long de leur prestation. Un live bubble gum où nous pouvions tous nous imaginer sur une plage à siroter un jus de fraise les yeux rivés sur le soleil.
La soirée se clôture avec le groupe anglais The Vaccines, venu défendre leur dernier album "Come of Age", nous passons d'une ambiance résolument pop vers un univers plus indie rock. Un théâtre où les guitares jouent le rôle principal à travers des morceaux énergiques comme "No Hope", nous passons de ballades romantiques à des titres aux influences plus "punk". Un véritable melting pot musical,  mais restant fidèle au rock des fifties. Ne connaissant que trés peu le groupe avant de me rendre à l'Aéronef, je retrouve un côté Artic Monkeys mélangé à un bon petit Libertines avant de rajouter une pincée des Kinks : un tout cohérent et réjouissant en somme.

Une belle soirée pour l'Aéronef qui a su nous ravir par sa programmation si riche et variée

N.B : Photos à venir 


A.Cusack

Commentaires

Articles les plus consultés