Contre article Don't do it #1




           Oui, mon compte en banque d'étudiante lettreuse (presque) parisienne est proche du krach boursier. Oui, je mange. Une fois par jour, faut pas déconner non plus. Et oui, ça craint de risquer d'être interdit bancaire à seulement 24 ans. Donc comme tout le monde dans ce cas, je fais un truc que jamais je n'aurais pensé faire, encore. J'avais déjà testé "hôtesse de caisse" en parfumerie, caissière chez Monoprix (difficile d'utiliser un subterfuge lexical), vendeuse en sandwicherie.  J'ai dépassé mes limites, et comme d'habitude je me suis dit après coup que ce n'était pas si terrible que ça.

           Cette fois-ci, je me suis lancée dans le tractage à Rock en Seine, aux grands maux les grands remèdes : payée 20 euros l'heure, difficile de cracher dessus. Timide et parfois à la limite de l'agoraphobie, je n'aime pas être confrontée seule à la foule. Chacun ses problèmes. Mais pour distribuer ces petits flyers, dont tout le monde se fout au passage, ce sont des névroses qui peuvent être handicapantes. Oui, je ne le savais pas, mais tracter demande une certaine fibre commerciale, ou presque. J'ai misé sur le regard "help", chacun ses techniques.

           Après avoir été seule durant pas mal de temps, 20 minutes, j'ai rejoint mes collègues pour faire une ligne d'attaque, aucun de vous qui êtes allés au festival n'a pu nous échapper. En réalité, il y a plein de choses drôles à faire quand on tracte, comme des courses pour savoir qui distribue le plus rapidement, ou étudier et classer les différentes techniques pour échapper à tout prix à ce pauvre fascicule qu'on vous tend ! Grâce à ce job je pourrai (constatez le futur) écrire un essai d'anthropologie.

           Même si se faire envoyer sur les roses c'est un peu la définition même du tractage, au niveau des conditions de travail, on peut dire que j'ai connu pire. Ce n'est pas très difficile certes, mais les gens sont malgré tout plus aimables que lorsqu'ils vont acheter leur jambon au Monop'. Et c'est plutôt agréable d'observer les gens s'amuser, boire, danser, chanter, tout le monde perd de sa pudeur et de son engoncement. D'ailleurs, une question m'est venue, pourquoi ils perdent leur sourire dès qu'ils passent près de moi et mes fly ?

           La banquise devrait disparaître d'ici 20 à 30 ans... C'est un job qui peut s'avérer sympa de tracter, mais à quand la fin de ces flyers inutiles ?

A.D

Commentaires

Articles les plus consultés