[LOVE MACHINE] Gotye

Vous avez sûrement entrevu et entendu le single "Somebody That I Used to Know", CBB décortique l'artiste qui se cache derrière cette voix rappelant Sting ou Peter Gabriel.




Wouter De Backer alias Gotye est né le 21 mai 1980 à Bruges en Belgique, à l'âge de deux ans il déménage dans la ville de Melbourne en Australie en compagnie de ses parents, qui choisissent de décliner son prénom en Walter lors de son inscription à l'école. Il s'intéresse aux instruments très rapidement, en commençant le piano et la batterie puis il décide de former un premier groupe Downstares, avec ses amis de lycée dont Lucas Tarente qui encore est présent sur scène avec lui. Wouter y joue de la batterie et s'investit passionnément dans la composition des morceaux dont ses artistes préférés comme Depeche Mode ou Kate Bush sont les influences majeures. Le groupe tourne dans la banlieue nord-est de Melbourne jusqu'à sa séparation à la fin du secondaire, Wouter est alors diplômé et admis dans une formation de droit et de japonais qu'il abandonne rapidement pour s'orienter vers des études plus culturelles et artistiques.
Se retrouvant sans réel projet musical, il fouille dans une collection de disques que son voisin lui lègue suite à la mort de sa femme, dedans il y trouve de jolis petits bijoux qu'il décide de sampler en enregistrant en 2001, un premier CD de quatre pistes. Il en fait 50 copies dont la couverture est faite par lui-même pour en envoyer aux diverses radios et professionnels qu'il rappelle pour être certain de la réception de son bébé. Il décide donc de se renommer Gotye pour la musique, à prononcer Gauthier, traduction française de son prénom de naissance Wouter (que sa mère affectionnait particulièrement).


Un studio maison aux mille allures 

Lors d'une fête, il rencontre par la suite Kris Shnoeder avec qui il décide de monter The Basics, duo indie pop avec lequel il sort quatre albums et acquiert une réelle performance live, le duo est durable grâce à l'osmose lors de l'écriture et la composition des chansons.
En parallèle, il continue son projet Gotye en sortant deux autres CD de quatre titres chacun qu'il voulu faire découvrir aux professionnels et au public, pari réussi puisqu'une offre de distribution tomba donc il put sortir un melting-pot des trois déjà enregistrés qui fut publié à la fin de l'année 2003, sous le titre "Boardface".
En 2004, il emménage dans un premier temps en collocation dans une maison au sud de Melbourne puis trouve un travail à la bibliothèque local tout en continuant à travailler sur l'enregistrement de ses morceaux dans un studio "maison". Dans les années suivantes, il déménage à plusieurs reprises ce qui offre une différence acoustique dans l'enregistrement de ses titres. L'assemblage des différents morceaux enregistrés dans divers lieux, donna lieu à son album Like Drawing Blood (référence aux multiples déménagement et donc à l'évolution acoustique des enregistrements). En 2007, il remporte le prix Aria, de l'artiste masculin de l'année et son album est sacré disque de platine grâce à la vente de plus de 70 000 exemplaires.
Lors de l'année 2008, Gotye fait son entrée en Europe avec les singles "Hearts of Mess" qui fit un bon score en Belgique, l'Allemagne et l'Angleterre découvre cet artiste belgo-australien à la voix authentique.

L'arrivée fracassante de "Somemody I used to Know" 

Grâce au succès de son album, Backer met en place un studio d'enregistrement plus pro dans l'ancienne grange de ses parents puis commence à composer les titres de son troisième album. Un premier single sort en octobre 2010 "Eyes Whide Open" qui reçoit un accueil chaleureux du public et des professionnels puis au courant du mois de main 2011, il annonce le titre de son album  Making Mirror en référence à une œuvre d'art de son père qu'il retrouva dans la grange familiale. Il est par la suite programmé aux côtés de Coldplay et Kanye West au festival Splendour in the Grass 2011.
En août de la même année, son single en duo avec Kimbra (chanteuse néo-zelandaise) "Somebody I use to Know" arrive dans les bacs, il est immédiatement partagé par Ashton Kutcher et Lily Allen via leur twitter, à leurs milliers de followers. Une arrivée fracassante pour ce premier single, qui arrive premier en Allemagne et dans le Top 40 en Angleterre. L'album sort en Australie et se classe 1er dans les charts d'Aria et dans le Top 20 de dix pays dans le monde. En février 2012, il fait sa première émission TV américaine dans le Jimmy Kimmel Live !
La sortie en France de Making Mirror attendra le 27 février, porté par son premier single qui arriva dans l'air de notre hexagone en octobre 2011.

Un album multicolore 

Lors de la première écoute de Making Mirror, une diversité impressionnante de sonorités apparaît au creux de mes oreilles avec des titres comme "Easy Way Out", résolument électrique avec la voix de Walter qui fait le grand écart, puis le single tant connu qu'est "Somebody That I Uses To Know" enchaîne avant de retrouver" Feel Better", titre qui remonte au temps le temps avec une soul bien sixties puis le titre "In you Light" nous rappelle "Faith" de George Michael avec une voix à mille lieux de ce dernier. Au fur et à mesure de l'écoute, l'album fait un virage conséquent en abandonnant les sons pop du début pour l'aventurer vers un son plus expérimentale ("Give me a chance") puis "Save Me" redonne un peu de lumière en laissant la voix de Gotye reprendre son envol. En résultat, un album surprenant qui offre une palette multicolore de voix, de sonorités et de thèmes.

A.Cusack 



Commentaires

Articles les plus consultés