LOVE MACHINE #29

MAYER HAWTHRONE





Une perle de la soul s'est fait connaître dès l'année 2008 avec son titre "Just Ain't Gonna Work Out / When I said Good Bye", qui fut distribué sous le format d'un 45 tour en un coeur rouge découpé, ce qui nous rappelle celui de Yarbouth & Peoples de 1981.
Ce dandy-geek nous vient du Michigan où lorsqu'il n'empruntait pas les vinyles de son père (musicien dans un groupe local à Détroit), il apprit de nombreux instruments, ainsi que les techniques d'enregistrement sans oublier, d'apprendre à composer, arranger ses morceaux dans sa chambre d'ado. Il décida de rejoindre Los Angeles (tiens, tiens cela rappelle le parcours du label des années 60-70 Motown, qu'il affectionne). Ses aptitudes dans la musique ont séduit le patron du label Stones Throw Records (Aloe Blacc, Quasimoto...), Peanut Butter Wolf qui cru lors de la première écoute d'un des titres de Mayer, entendre un vieux vinyle de soul.
De son vrai nom Andrew Cohen, il tira son nom de scène de son second prenom Mayer et du nom de la rue dans laquelle il a grandi, Hawthrone (il aime d'ailleurs en rire, en disant qu'il s'agirait également du nom de son personnage d'acteur porno).
Avec des influences comme Barry White, Smokey Robinson ou encore Autis Mayfield, il nous offre un premier album en 2009 A Strange Arrangement où il a voulu faire transmettre une musique "qui s'adresse à une nouvelle génération", donc pourquoi pas également,  permettre à cette génération de s'intéresser par la suite à des artistes soul des années 60-70.
Il revient vers nous en octobre dernier, avec son second album solo How Do You Do, avec une jolie tournée qui s'en suit en France, dont sa date à Paris la semaine dernière en compagnie de ses musiciens et amis qu'il connaît "depuis toujours".



Commentaires

Articles les plus consultés