LOVE MACHINE #26

DJANGO DJANGO 




Non, il ne s'agit pas d'un groupe de jazz manouche à la Django Reinhardt mais d'un quatuor originaire de Grande Bretagne et plus précisément d'Écosse, d'Irlande et d'Angleterre, la totale en somme.
Remontons  le temps en revenant à la fin des années 90, au moment où Geri Halliwell quittait les Spice Girls, Vincent Neff (guitare), Tommy Grace (clavier) et Dave McLean (batterie) se rencontrent à l'Edinburgh Art College, les liens d'amitié se font puis par le biais d'amis communs de la Glasgow Shool Of Art, ils rencontrèrent leur dernier quart, Jimmy Dixon. Quelques années plus tard, en 2006 ils se retrouvent tous à Londres pour diverses raisons (un coup du destin, peut être?) et campent dans l'est de la capitale Anglaise, à Dalston. Victor et Dave se retrouvent à diverses reprises pour jouer et composer ensemble, moment où leur passion de la musique grandit avec une envie d'aller plus loin, c'est pour cela que leurs amis, Tommy et Jimmy les rejoignent pour former Django Django (Un hommage certain pour le grand, Django Reinhardt mais une anecdote personnelle s'y ajoute concernant l'un des professeurs de Dave McLean). Chacun a son job : Vincent est architecte, Dave travaille dans une école d'art, Tommy est graphiste et Jimmy est employé chez Asda (Société commerciale de grande distribution à prédominance alimentaire britannique) ce qui explique leur volonté de prendre leur temps dans la musique. Ils font tout de même quelques scènes et sont fort bien accueilli par le public britannique avant d'auto-produire deux singles, de rock psyché mêlé à de l'électro, Storm / Love's Dart en 2009 puis Wor une année plus tard. Ce dernier fut utilisé pour une pub Coca Cola, ce qui attira les regards de la presse et du public vers le quatuor. Because (Metronomy) ne se fit pas attendre pour mettre la main sur ce talent en produisant leur premier Maxi, Waveforms. Une tournée en première partie de Metronomy en France et en Angleterre s'en suivie, ils allèrent à la rencontre d'un public français prêt à bondir derrière les barrières pour mieux ressentir leur énergie. Le 30 janvier dernier, leur premier album éponyme arriva dans les bacs et ne fit que confirmer l'ambition du quatuor, avec l'envie de mêler un nombre conséquent de styles musicaux en ne cachant pas son envie de "ne pas se catégoriser", ces jeunes gens d'outre manche ont grandi en fouillant dans les disques de papa dont ceux des Stones, de Primal Scream et de tout le mouvement de la pop-rock des années 60. Ils catégorisent leur album de "voyage", avec une "progression" au fil du morceaux qui nous fait vibrer, avec ce vieux rock mâtiné de choeurs hippies en passant par leur synthé électro.





Leur actu : Leur Album Django Django est prêt à bondir dans votre Ipod
(Dispo sur Deezer
F.P

Commentaires

Articles les plus consultés